Meublé de tourisme à Villers-le-lac - Infos / Réservation : 06 82 92 72 82
AccueilDécouvrir la régionNous contacterRéserver

Des spots de pêche exceptionnels

Pêche à la mouche
Situé entre la Suisse, les Montagnes du Jura, la vallée du Doubs et la vallée du Dessoubre, le Pays Horloger constitue un "hot spot" de pêche.
Divers parcours de pêche sont proposés : des parcours de 1ère catégorie, dont certains aux alentours de Goumois, fleuron de la pêche à la mouche, des parcours de 2ème catégorie, ainsi que des parcours « Mouche » et des parcours « No kill ».

En savoir plus sur la pêche : www.peche.pays-horloger.com

La diversité des milieux contribue à favoriser le maintien des populations de poissons autochtones sur ces parcours tout comme dans La Loue, le Cusancin, l’Ain, la Saône… autres rivières franc-comtoises.

Truite fario
Les poissons les plus caractéristiques de ces lieux mythiques de pêche sont la truite fario (dont la fameuse truite zébrée du Doubs qui peut atteindre des tailles très respectables) et l’ombre commun. La pêche à la mouche (appelée également pêche au fouet) est une technique très pratiquée dans le Pays Horloger pour s’exercer à leurrer ces deux poissons très méfiants.


Mais, il est également possible de pêcher d’autres espèces dans les secteurs de 2ème catégorie, comme les brochets, les sandres, les perches, les carpes, les brèmes, les gardons…, en utilisant des techniques différentes (pêche au coup, pêche aux leurres…).


Enfin, dans les lacs Saint-Point et de Remoray, à proximité de Pontarlier, se pratique la pêche du corégone, pêche très traditionnelle avec des petites nymphes.



Des magasins de pêche

Territoire Pêche - 3 magasins
- 1, Rue des Salines 25480 ECOLE-VALENTIN (à proximité de BESANÇON) – Tél. : 03 81 88 06 47
- 5, Rue Edgar Faure 25300 PONTARLIER – Tél. : 03 81 49 06 80
- Centre Commercial Oasis 70000 PUSEY (à proximité de VESOUL) – Tél. : 03 84 68 98 01
> Site web : www.pechemaster.com/detaillant/28/territoire-peche/index.html






La Chipote
- 25, Route du Jura 25470 GOUMOIS – Tél. : 03 81 44 26 38
> Site web : www.lachipote.com

A visiter

Source du Doubs
Le Doubs, qui prend sa source à Mouthe, commune réputée pour être la capitale nationale des records de froid en France, traverse successivement les lacs de Remoray et de Saint-Point avant d’arriver à Pontarlier, sous-préfecture du Haut-Doubs. Il traverse ensuite le village d’Arçon où ses pertes vont former La Loue, autre rivière franc-comtoise réputée comme une des plus belles d’Europe pour la pêche à la mouche.

Puis, le Doubs pénètre sur la République Libre du Saugeais (11 communes dont la capitale est le village de Montbenoît), avant de s’engouffrer dans le défilé d’Entre-Roches. Il serpente alors entre deux parois rocheuses au relief escarpé. Ce paysage aux allures de canyon est très apprécié des fans d'escalade tout comme des randonneurs. Au milieu du défilé, sur une rive du Doubs, se trouve la grotte au Trésor. Elle doit son nom à une rumeur racontant qu'une bande de voleurs avait caché là son butin. Gardé par une vouivre, le trésor n'a jamais été découvert...


Défilé d’Entre-Roches
Un peu plus loin, la grotte-chapelle du Remonot, site dédié à la Vierge Marie, est un lieu de pèlerinage.
Non loin de là, à Gilley, les amateurs de charcuterie, peuvent visiter un impressionnant tuyé du Haut-Doubs et s’approvisionner en produits du terroir fumés.

Le Doubs traverse ensuite Grand’Combe-Châteleu et Morteau (ville horlogère) où, calmement, il dessine de nombreux méandres, avant d’arriver à Villers-Le-lac. C’est à cet endroit que la rivière devient frontière naturelle entre la France et la Suisse et ce, jusqu’à Goumois. A Clairbief, environ 15 kilomètres en aval de Goumois, le Doubs devient totalement suisse.


Après cette incursion en pays helvétique, il rejoint la France et poursuit son cours jusqu’à Saint-Hippolyte où le Dessoubre vient s’y jeter.
Ensuite, le Doubs prend la direction de Montbéliard (ville d’art et d’histoire), puis fait volte-face pour rejoindre Besançon (préfecture du Doubs) où il décrit une boucle qui enserre le quartier historique de la ville. Puis, la rivière rejoint Dole dans le département du Jura, après avoir traversé plusieurs communes (Boussières [25], Saint-Vit [25], Dampierre [39] …).

Il aura parcouru 458 kilomètres depuis sa source (Mouthe) jusqu’à sa disparition dans la Saône (Verdun-Sur-Le-Doubs), alors que les deux points ne sont séparés que de 90 kilomètres environ à vol d’oiseau !

Les Bassins et le Saut du Doubs à Villers-Le-Lac

Les Bassins du Doubs
Au départ de Villers-le-Lac, le Doubs serpente au creux d’un val, traverse le lac de Chaillexon, puis s'élargit entre monts et falaises pour former les Bassins du Doubs.

Cette retenue naturelle de 3 500 mètres de long, de 100 à 200 mètres de large et de 30 à 40 mètres de profondeur, où l’eau devient plus noire, constitue un paysage d’une impressionnante beauté et authenticité. Le belvédère des Taillards offre une vue magnifique sur les méandres du Doubs au cœur de ces bassins. En hiver, la glace qui recouvre ces flots immobiles constitue la plus grande patinoire naturelle d’Europe !

L’entrée des Bassins du Doubs gelés
Résultat d'un bouleversement géologique, il y a 14 250 ans, les Bassins du Doubs forment une exception par leur fonctionnement en vidange karstique qui occasionne des variations naturelles de niveau de près de 20 mètres entre les crues et les étiages. Conséquence d’un éboulement qui a verrouillé le passage de l’eau, le Saut du Doubs, impétueuse chute d'eau de 27 mètres, classé Grand Site National, constitue l'apothéose de cette retenue d'eau.



Le Saut du Doubs
La découverte du site peut se faire :
- A pied : accès au départ de Villers-le-Lac par le GR5 (environ 14 km aller-retour) ou depuis le parking des Vions (environ 5 km aller-retour). Carte des sentiers pédestres gratuite sur demande dans les Offices de Tourisme du Pays Horloger.
- En calèches : tirées par des chevaux comtois.
- En bateaux : pour une croisière de 14 km commentée au coeur des Gorges du Doubs. Une escale permet d'accéder aux belvédères qui dominent la chute.


Le Barrage du Châtelot à Villers-Le-Lac

Barrage du Châtelot

A la fin du 19ème siècle, le développement de l’électricité dans le Haut-Doubs et dans le canton de Neuchâtel (Suisse), conduit petit à petit à l’abandon des moulins se trouvant au bord de l’eau. Facile à transporter et à utiliser, l’électricité permet la mise en service d’entreprises loin d’où elle est produite, dans les villes plutôt qu’au bord des cours d’eau.

De nombreuses centrales électriques sont alors édifiées au fil du Doubs : La Goule (mise en service en 1894), Le Refrain (mise en service en 1909)…

Centrale électrique Le Refrain

Cependant, les pointes de consommation d’électricité, notamment en milieu de journée, ne permettent pas aux centrales électriques de couvrir la production d’électricité à ces périodes. Il devient indispensable de stocker l’eau et d’utiliser celle-ci en fonction des besoins.

En 1930, une première convention est conclue entre la Suisse et la France. La construction du Barrage du Châtelot débute en 1950 pour s’achever en 1953, date à laquelle il fut inauguré et mis en service. L’usine électrique du Torret, située environ 4 kilomètres en aval du barrage, a été achevée et inaugurée la même année que ce dernier.



Le Barrage du Châtelot
Principales caractéristiques techniques du Barrage du Châtelot :
- hauteur : 74 mètres ;
- longueur (couronnement) : 150 mètres ;
- largeur à la base : 14 mètres ;
- largeur à la crête : 2 mètres ;
- surface de la retenue d’eau : environ 63 hectares ;
- volume de la retenue d’eau : environ 20 millions de mètres cube d’eau.
Cette retenue d’eau, qui forme le lac de Moron, fait partie des eaux de 2ème catégorie. Chaque année des poissons trophées y sont capturés.
Le Barrage du Châtelot est le plus imposant des trois ouvrages hydro-électriques construits sur le Doubs franco-suisse.
Avec la construction de celui-ci, allaient être engloutis les vestiges d’un passé marqué par l’histoire de plusieurs siècles de la vie des hommes...

Les gorges du Doubs

Auberge du Châtelot

Les gorges du Doubs s’étendent le long du Doubs à la frontière franco-suisse sur 35 kilomètres, depuis Villers-Le-Lac jusqu’à Goumois. Elles offrent aux amoureux de la randonnée et de la nature de sublimes paysages sauvages.

Quelques centaines de mètres en aval du Barrage du Châtelot, se dressent les ruines du moulin Billod-Morel, patrimoine classé. Celui-ci, datant des 16ème – 17ème siècles et fonctionnant encore au 19ème siècle, se situe en face de l’auberge du Châtelot.

Chez Némorin des Loutres
Puis, en poursuivant la descente au fil du Doubs, ce sont les vestiges des forges du Pissoux qui indiquent une autre forme d’activité qui existait au bord de la rivière avant le développement de l’électricité.
Les forges se situent non loin de l’habitation de Némorin Caille (1850 – 1933), surnommé Némorin des Loutres, solitaire des gorges du Doubs et célèbre chasseur, cueilleur, pêcheur de truites et piégeur de loutres. Il doit son surnom à cette dernière activité qu’il pratiqua activement suite à une loi fédérale suisse déclarant, en 1888, la loutre comme espèce nuisible (aujourd’hui, ce petit mammifère carnivore est protégé).

La Grotte du Grenier

En suivant le sentier qui passe derrière la maison de Némorin des Loutres et qui surplombe les gorges du Doubs, le randonneur arrive à la Grotte du Grenier qui se trouve sur la commune de Grand’Combe des Bois. Cette grotte a servi de cache pour des habitants des environs qui s’y sont réfugiés au 17ème siècle durant l’invasion des armées suédoises (au cours de la Guerre de Trente Ans).

Pour les plus téméraires, qui doivent malgré tout redoubler de prudence, l’accès à la grotte, qui se situe à environ 13 mètres de haut, s’effectue via une échelle métallique, puis une échelle en bois.


En continuant de suivre le cours du Doubs, ce sont de nombreux autres vestiges, lieux et sites à visiter qui attendent les marcheurs :
- les ruines des Moulins Calame à moins de 2 kilomètres en amont de l’usine électrique du Torret ;

- le pavillon des Sonneurs sur la rive suisse à Maison Monsieur. Autrefois, un passeur installé à cet endroit transportait les voyageurs d’une rive à l’autre et faisait sonner une cloche pour appeler ces derniers ;
Les Echelles de la Mort
- les Echelles de la Mort : haut lieu de la contrebande.
Situées sur la commune de Charquemont, ces échelles étaient utilisées par les contrebandiers pour transporter à dos d’homme diverses marchandises (farine, sucre, café, tabac... voir même des animaux vivants), en déjouant la surveillance des « gabelous » (douaniers).

Ce site chargé d’histoire, enclavé dans la haute vallée du Doubs ou « Vallée de la Mort », témoigne de la crainte suscitée jadis par ces lieux peuplés de légendes, où de nombreux accidents mortels se produisaient à l’occasion de la contrebande appelée « bricotte ». Pratique généralisée sur la frontière franco-helvétique aux XVIIIème et XIXème siècles, la contrebande était en effet une activité lucrative.

On peut encore gravir ces échelles (les échelles en bois utilisées autrefois ont été remplacées par des échelles métalliques).

Pour les plus sportifs, une via-ferrata, avec des ponts, des passerelles, des échelles et une tyrolienne, s’étire sur 500 mètres avec un dénivelé de 100 mètres. Cette via-ferrata, très ludique, s’inscrit dans un cadre somptueux avec une vue imprenable sur les falaises et le Doubs qui coule paisiblement au fond de la gorge. Elle permet de rejoindre le Belvédère de la Cendrée ;

La Charbonnière du Bas

- la Charbonnière du Bas : les ruines d’un ancien moulin hydraulique sont annoncées par le bruit des rapides de la rivière, quelques kilomètres en aval de l’usine électrique du Refrain.

Ce moulin construit au 16ème siècle fonctionna jusqu’en 1896. De celui-ci, il ne reste que quelques vestiges : meules en pierre, murs éboulés…

La Goule

- la retenue de la Goule : après que le Doubs ait quitté les gorges du Refrain, il franchit l’ancien moulin et le barrage de la Bouège.

Il se calme vite après quelques remous tumultueux pour devenir un semblant de lac retenu par le barrage de la Goule construit à l’endroit même d’un éboulement important qui avait déjà, autrefois, créé une retenue d’eau.

Goumois
- Goumois : « La perle franco-suisse »
En aval de la Goule, le Doubs coule assez vivement pour arriver à la retenue du Theusseret engendrée par le dernier barrage avant d’arriver à Goumois, village franco-suisse, royaume de la pêche à la mouche et réputé pour le canoë-kayak. De nombreuses autres activités peuvent être pratiquées au cœur de ce site magnifique dont : le raft (suivant le niveau d’eau), l’escalade, la randonnée, le V.T.T. et l’hiver, le ski de fond et la randonnée en raquettes.
Goumois évolue dans un environnement protégé où, déjà au 18ème siècle, Jean-Jacques Rousseau venait herboriser.

Ce charmant petit village marque la fin des gorges du Doubs qui ont fait la réputation halieutique du secteur, au niveau national et international.

Les amoureux de pêche et de nature pourront également s’épanouir au bord d’une autre rivière du Pays Horloger : le Dessoubre.

Le Dessoubre et sa vallée

Le Cirque de Consolation
La Vallée du Dessoubre offre une qualité environnementale remarquable et des paysages authentiques, depuis Consolation, où le Dessoubre prend sa source, jusqu’à Saint-Hippolyte, où il se jette dans le Doubs. Ce site naturel du Pays Horloger est réputé pour la pêche et la randonnée.


- le Cirque de Consolation :
un site légendaire de la vallée du Dessoubre

Le Cirque de Consolation, appelé également Val de Consolation, est un lieu riche d’histoires et de beautés naturelles, propice au recueillement, mais aussi à la découverte.
Dans cette vallée sauvage, un oratoire a été érigé en 1432-1433 pour honorer Notre-Dame de Consolation (dont le tableau est aujourd'hui dans l'église de Guyans-Vennes). Des ermites s’y sont installés. Au XVIIème siècle, répondant au vœu de sa mère, Ferdinand-François-Just de Rye, marquis de Varambon et seigneur des lieux, décida de fonder à Consolation une maison de religieux de Minimes, l’Ordre rigoureux de Saint François de Paule. L’ancien monastère, flanqué d'une imposante chapelle (1682) constitue le point central du site où l’on peut y découvrir et/ou y visiter : un arboretum, un "parc sauvage", véritable spectacle d'eau et de verdure, de nombreux sentiers aménagés, des expositions. Il s’agit d’un lieu de rencontres et d'accueil, géré par l'association "Artisans de Paix - Val de Consolation". Chaque année, plus de 110 000 visiteurs et stagiaires, attirés par le pittoresque de l'endroit et par les activités culturelles et religieuses comme par les pratiques de loisirs, s’arrêtent à Consolation.

Belvédère de la Roche du Prêtre
Des parcours d'escalade avec une tyrolienne (la plus longue de France : 500 mètres de long, 120 mètres de haut) et une via ferrata aménagée entre la source du Lançot et le château fort, complètent par ailleurs des sentiers de randonnée qui permettent de rejoindre le belvédère sécurisé de La Roche du Prêtre au sommet des falaises. La roche du Prêtre est un promontoire rocheux qui domine le Cirque de Consolation de plus de 300 mètres et offre un magnifique point de vue sur l'ancien monastère des Minimes et la vallée du Dessoubre.
Des chemins de randonnées pédestres ou cyclistes permettent de rejoindre ce belvédère. Une légende dit que cette énorme roche cache l'entrée d'une grotte où vit le géant Dessoubre, enfermé là par un prêtre. Ce dernier fut précipité du haut d'une falaise quelques temps plus tard par les amis du géant, d'où le nom de Roche du Prêtre. Une autre explication, plus rationnelle, rapporte qu'un prêtre fut précipité du haut de ce promontoire avec son cheval alors qu'il revenait de visiter l'une des fermes de la montagne...

Le cirque de consolation est une reculée sauvage de 350 mètres de profondeur aux magnifiques falaises affleurantes où vous aurez peut-être la chance d'admirer un faucon pèlerin et son vol majestueux !


Le Dessoubre
 
- au fil du Dessoubre :
Depuis la reculée de Consolation, le Dessoubre suit, sur les 33 kilomètres de son parcours, une combe parallèle aux gorges du Doubs et, après bien des méandres, la rivière finit par aboutir dans le Doubs à Saint Hippolyte, petite ville médiévale.

Les vallées perpendiculaires du Dessoubre abritent de charmants petits villages (Rosureux, Vauclusotte...). L'activité agricole est présente au fond de la vallée et l'habitat est dispersé le long de la rivière. Au Moyen-Age, des moulins à blé, des scieries, des forges de taillanderie, des fabriques de tissage utilisaient la force motrice de l'eau. Aujourd'hui, chaiseries et scieries y perpétuent une activité artisanale.

Connu au-delà des frontières du Pays Horloger pour la qualité de ses eaux, le Dessoubre, rivière de première catégorie, est bel et bien le paradis des pêcheurs à la mouche au milieu de cet écrin de verdure. Au cœur de cette vallée aux paysages magnifiques, la nature riche et généreuse offre une faune exceptionnelle (chamois, héron, faucon-pèlerin…) et une flore diversifiée.
Au gré des randonnées, de nombreux belvédères et points de vue panoramiques (Creux de la Haute Roche, Ambon dit du Baron) permettent de découvrir et d'apprécier cette vallée aux aspects très sauvages.

Pour admirer et apprécier davantage les vallées du Doubs et du Dessoubre, le Pays Horloger propose de nombreux points de vue et belvédères.
Cette terre de traditions et de savoir-faire artisanaux et gastronomiques offre également une multitude d’activités (culturelles, sportives, historiques…).


Activités et gastronomie

La gastronomie du Haut-Doubs tire parti des richesses de cette région montagneuse et verte d'élevage bovin, de production laitière et de fromages, de salaisons fumées, d’eau claire des torrents, des rivières et des lacs, de forêts à champignons.

Ainsi, parmi les principaux produits régals des papilles vous découvrirez le Comté, le Morbier et la Cancoillotte, produits emblématiques des contrées comtoises. Vous pourrez à cette occasion acheter ces bons produits à la fruitière des Majors proche de 1,5 kilomètre du meublé de tourisme.

Les salaisons fumées dans les tuyés (vaste cheminée servant à fumer la viande) occupent également une place de choix dans les spécialités du Haut-Doubs et se trouvent facilement dans toutes les boucheries-charcuteries de la région, comme la célèbre saucisse de Morteau, produit de renommée nationale.
Le tuyé du Papy Gaby, situé sur la commune de Gilley, à une distance de 22 kilomètres environ du gîte est le plus impressionnant du Haut-Doubs.

Par ailleurs, la truite en toute saison, les grenouilles le printemps et les champignons (les morilles de sapin notamment) sont des produits de choix dans les bons restaurants du secteur.

La Suisse offre également de belles promesses gustatives avec notamment son célèbre chocolat.
 

A proximité du gîte, vous pourrez vous régaler de ces mets délicats au Restaurant du Port, en bordure du lac de Chaillexon, avec une vue imprenable sur le plan d'eau et le village suisse des Brenets en face.

Activités sportives

La région de Villers-le-lac, outre les ballades et autres randonnées sur les sentiers, notamment sur le GR 5, dispose d'un environnement particulièrement propice à la pratique, l'été, du VTT sur bon nombre de chemins balisés et du vélo de route sur les routes escarpées de la contrée et de la Suisse voisine. La réputation des sites dédiés au cyclisme contribue régulièrement à l'accueil de grandes épreuves comme le Tour de France, le Tour de Romandie et autres championnats de VTT nationaux, voire internationaux dans la région plus lointaine de Métabief.
Des itinéraires guidés sont facilement disponibles dans les offices du tourisme du secteur.

Les aventuriers pourront également exercer leurs talents sur des itinéraires sportifs au niveau de parois rocheuses. La Via Ferrata des Échelles de la Mort, située à 25 kilomètres environ du gîte, donnera des frissons, ainsi que celle du Cirque de Consolation (qui se trouve environ à 24 kilomètres du gîte).

En période hivernale

Durant la période hivernale, la région de Villers-le-lac est un vaste terrain de glisse avec la pratique du ski de fond et de la raquette sur des itinéraires balisés comme celui du Chauffaud à 9 kilomètres environ du gîte ou dans la vallée de la Brévine après la frontière suisse.

Les fans de ski alpin pourront également exercer leur passion dans les domaines du Chauffaud (à environ 9 kilomètres du gîte) et du Meix Musy (à environ 12,5 kilomètres du gîte).

Le lac de Chaillexon et les Bassins du Doubs, situés en contrebas du gîte deviennent, lors de fortes gelées, une étendue de glace offrant des kilomètres de glisse franco-suisse.

Activités culturelles

La Franche-Comté et le Haut-Doubs disposent d'un patrimoine culturel tiré de son histoire et de sa situation géographique.
Hormis les activités liées à la production laitière, le Doubs est à la pointe des micro-techniques et, tout comme son voisin la Suisse, il a forgé ses lettres de noblesse dans le domaine de l'horlogerie.
Le musée de la montre à Villers-le-lac et le musée de l'horlogerie à Morteau attirent chaque année grand nombre de visiteurs passionnés par ces techniques de précision.

Les pêcheurs pourront agrémenter leur passage dans notre relais Saint-Pierre en visitant le musée de la pêche d'Ornans, ville « capitale » des moucheurs, situé à environ 56 kilomètres du gîte.

Enfin, la ville de Besançon, préfecture du Doubs, classée parmi les villes les plus vertes de France, offrira aux passionnés d'histoire plein de réjouissances intellectuelles de par son passé historique hérité de l'époque romaine jusqu'à nos jours.
Située à environ 67 kilomètres du gîte, la Citadelle de Vauban, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, est magnifiquement conservée et abrite en son sein le Musée de la Résistance, le Musée Comtois, ainsi qu'un parc zoologique.
Nous espérons que la présentation de ce cadre, 100% nature, gastronomique, historique et technique, situé entre 750 et 1375 mètres d’altitude, vous aura enthousiasmé et nous vous souhaitons la bienvenue au cœur de notre belle région.
  
Philippe et Jacques Godot

Gîte "Le Doubs frontière" - 8, Rue des Murgers - Chaillexon 25130 Villers-le-lac
Infos / Réservation : 06 82 92 72 82 - E-mail : contact@gite-ledoubsfrontiere.com
Pêche Relais Saint-Pierre Fédération Départementale de Pêche du Doubs FDP25 Montagnes du Jura Comité Régional du Tourisme de Franche-Comté Gite de France Hébergement Pêche